Pierres

Publié le par Pascal

Un samedi d’octobre, sous le soleil. A hésiter quoi faire. Où promener mes pas sous

La chaleur. Goya ! cela m’est revenu d’un coup ; les journées du patrimoine il y a peu de temps

J’avais décortiqué tout ce que je pourrais faire.

Cimetière de la Chartreuse, la tombe de Goya. J’ignorais que ce peintre était ici à Bordeaux.

Donc destination le cimetière ; C’est immense et je demande au gardien l’emplacement de la tombe du maitre. Un plan minuscule mais bon après 20 mn entre les tombes je trouve.

Déception : ce n’est pas une tombe mais un monument funéraire….Goya est à Saragosse depuis 1927.

bordeaux sept 10 157

Après avoir transité par Madrid après son départ de Bordeaux (enfin son départ… il était déjà mort et enterré ici.)

Donc un peu déçu. J’ai quand même passé une heure dans le cimetière, au gré des allées, des tombes. Certaines sont de vraies chapelles ! Des luxueuses et de très vieilles à l’abandon.

bordeaux sept 10 161 

bordeaux sept 10 154

Quelques tombes aussi assez « drôles », même si le terme ne convient pas..Un kitch, un mauvais gout..Il en faut pour tous les gouts. Un maréchal d’empire, quelques notables.

bordeaux sept 10 162

Rien à voir avec le charme du Père Lachaise, ses célébrités, ses arbres, sa quiétude et ses chats. 

Je me souviens de quelques autres cimetières que j’ai aimés. Ceux de Bretagne, ceux sur la côte normande (Varangeville notamment).

Et puis d’autres, plus loin ; en Irlande un cimetière envahi par les herbes et les moutons au milieu des croix celtiques.

Celui  de Morne à l’eau,  Guadeloupe, tout en mosaïque noir et blanc. Le cimetière marin de  St Paul de la Réunion, avec vue sur l’océan indien où repose « la buse »,  le pirate pendu. Quelques uns au Mexique, où le dimanche les gens vont pique niquer sur les tombes avec des mariachis pour les accompagner en musique.

Avant de ressortir, une visite au caveau familial. Je me suis assis sur la pierre tombale et j’ai un peu parlé à mon père. 22 ans qu’il repose là. Avec mes grands parents. Je parle. Peut être aurais je du lui parler un peu plus de son vivant. Une larme qui s’invite, essuyée furtivement.

 

bordeaux sept 10 169

 

 

 

photos pascal

Publié dans arachnee

Commenter cet article

liliane 05/10/2010 18:48


Je parlais de prière au sens large !


Nat 05/10/2010 07:04


... c'est un lieu où je n'aime pas aller...


Pascal 05/10/2010 16:38



Moi j'aime beaucoup (sauf bien sur si c'est pour enterrer une personne chère!) ces lieux de sérénité de calme et souvent très jolis (notamment tous les cimetières "marins")



madame x 05/10/2010 06:32


c'est très sympa comme balade les cimetières, j'aime beaucoup...ces endroits et dans 3 semaine ils seront encore plus beaux car ils y aura plein de fleurs...il est parti tôt ton père...oui on
devrait plus leur parler de leur vivant, mais on ose pas...biz.


Pascal 05/10/2010 16:39



Mon père, une saloperie de cancer à 57 ans!


Dans ton coin de Normandie il y en a plein de symaps!  



RdT 04/10/2010 22:42


Si l'an dernier tu avais été à Bordeaux, tu serais allé au cellier des chartrons voir l'expo Dali Goya qui était, par certains côtés enchanteresse. Un des excellents souvenirs de cette
histoire...
Je ne vous jette pas la pierre, Pierre, mais j'étais à deux doigts de m'agacer (rien à voir, mais ton titre m'a fait bondir le coeur et m'a rappelé cette phrase... sourire)


Pascal 05/10/2010 16:40



C'esd vrai il faut que j'évite d'évoquer des "Pierre" et Lacanau....


Bisous Martine 



boutfil 04/10/2010 21:02


j'aime bien celle du papy..un enfant qui l'aimait beaucoup ce papy!!! avec sans doute de si beaux souvenirs de tendresse!!


Pascal 05/10/2010 16:41



Oui surement...mais cela a un coté "kisch" qu'il faut aimer...