ode...

Publié le par Pascal

" ce soir, la lune rève avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins. Qui d'une main distraite et légère caresse, avant de s'endormir, le contour de ses seins" .Baudelaire/ tristesses de la lune.

Les seins c'est l'histoire originelle; le jardin d'Eden retrouvé. L'instant ou Adam en croquant le fruit défendu, cristallise sur les seins d'Eve un souvenir indélébile.  Celui des belles choses; celui de la première fois.

 

 

 

 

 

Delacroix

Marguerite Duras ...Un barrage contre le Pacifique "pendant que la main était à nu sur le sein nu. Et au dessus de la ville terrifiante".

Le regard, la main, la bouche qu'un homme posent sur un sein, c'est un commencement, une régénérescence, une manière de transcender la mort. 

Allégorie des seins chez Delacroix "la liberté guidant le peuple; ils précèdent le drapeau tricolore qu'elle brandit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Neuf mois et l'enfant parait. Une mère nait; l'enfant parait; "l'asile le plus sur est le sein d'une mère; il s'y love, il s'en réconforte. Le sein nu de la "Vierge à l'enfant" de Fouquet.

Les seins s'inscrivent dans la dualité, le sexuel et la fécondité. Ou l'ombre et la lumière. La lune et le soleil. La force et la faiblesse; les hommes se nourrissent de cette ambivalence, avec leur fantasmes. Du profane et du sacré; du pudique et de l'impudique. "cachez ce sein que je ne saurai voir"...Molière.

Et les seins "recto verso"; ceux que l'on habille, ceux que l'on deshabille. Jeux de seins, jeux de signes; jeux de la séduction. Encore et toujours.

Les seins de la mythologie. Héra, épouse de Zeus; elle est nue et donne son sein à un enfant, Héraclès, le fils d'Alcème sa rivale. De rage elle en laisse sortir son lait qui rend les hommes immortels; de ses éclaboussures est née la Voie Lactée...

Le sein coupé des Amazones pour mieux tirer à l'arc et tuer.    

Seins sans rien, seins blancs, seins bronzés, seins noirs; seins halés sur une plage; seins mouillés, seins body art; lourds ou légers. En Aubade ou en soie; En noir, en blanc ou en rouge.

 Songes érotiques doux et paisibles. Les seins enterrent la hache de guerre; de toutes les guerres; de toutes les discordes. 

Publié dans arachnee

Commenter cet article

Arachnée 23/05/2007 19:21

sein-pathique...ton commentaire Cat...
et un autre cierge ce soir pour Anne..
Ma soeur..je te préviens  veille si un jour je fais un post sur les fesses ..histoire que tu n'ouvre pas ton pc ce jour..pas envie de te choquer à nouveau o femme prude!.

Cat 23/05/2007 10:31

Mon Dieu! prions par tous les Saints pour revenir à des sujets sains,l'essaim 'te pique de quelle belle ?,ainsi  je ceints ton sujet  sympathique sous seing privé et sans symposium ni symptome particulier...voilà pour la synthèse!

seb (diogene) 22/05/2007 23:16


Hello Pascal.
Je passe faire un tour ici, suite à votre visite sur mon blog.

Intéressant, cet essai sur les seins. Les seins sont un réceptacle de tant de symbolisme, de fantasmes aussi. De la vulgarité obscène de certains hommes à la plus pure abstraction, ils sont présents dans toute la gamme de la perception humaine.

Arachnée 22/05/2007 19:13

Oui Joyce...grand éclat de lire... Ste Anne ..priez pour nous..
coincidence..à la radio..Gainsbourg "tes p'ts seins de bakélite qui s'agitent"... en tirant sur sa Gitane comme on le voyait à la télé...
Ce soir je vais faire un post sur les chants grégoriens..pour expier mes pensées d'hier soir!!! Histoire de me faire absoudre de mes péchés...

Joyce 22/05/2007 08:05

Premier éclat de rire !!! Merci Anne de me l'avoir offert !
Je t'envoie immédiatement par chronopost un bol d'air de la Drôme. Quoique... tu n'en manques pas !!! Houlala... quel rigolade !