Sérénité et poésie...

Publié le par Pascal

C'est calme et serein en ville .. En rentrant en métro ce soir, dans une rame assez pleine, quelques djeuns sur une banquette, casquette à l'envers et survètements Lacoste, avec une master blaster qui hurlait du rap; un monsieur leur demande d'éteindre (quand meme courageux le mec!! tout le monde regardait le noir du tunnel ou ses pieds..) Réponse cinglante.."m'en bas les c...nique ta race" Fin du dialogue!

 

 

Avec la forte augmentation du tabac, c'est devenu un enfer de fumer dans la rue, ou à la terrasse d'un café...Sans arret sollicité...des dizaines de fois par jour. Déjà bien quand le tutoiement n'est pas de rigueur.. Maintenant moi c'est non systématiquement. Des fois c'est tant pis..mais des fois..un peu poétique; expériences personnelles récente.. " pauvre mec", "vieux con", connard de Français" "salaud de patron" (j'étais en costume cravate!!). Donc maintenant toujours un paquet vide sur moi ou sur la table du café..ça réduit la demande..Il faut aussi ne plus avoir son portable sur la table en terrasse aux Terreaux ou à Part Dieu..en quelques secondes il disparait..va courir dans la foule après..Idem rue de la Ré..s'arréter contre la devanture d'un magasin, face à la rue pour téléphoner..ça évite les actions venant de derrière..technique des avions de chasse..dans le dos et par surprise et très vite!

 

Cette manie aussi qu'on les mecs de p. au vu et au su de tous, toujours rue de la Ré..contre les porches, les magasins..à midi..et pas des clochards!! c'est d'un gout..

C'est pas nouveau..mais ça m'exaspère...le "chacun pour soi..les autres je m'en bats les c." Ce matin une voiture garée sur un trottoir assez étroit..une jeune femme avec sa poussette..les deux mecs discutent devant la 307.. elle ne peut pas passer..descendre sur la chaussée et se faire froler par la circulation.. Elle en fait la remarque..réponse du conducteur "m'en fous connasse"! avec un bras d'honneur..La dame n'a rien dit (moi non plus d'ailleurs..)

Petites lachetés quotidiennes..on fait semblant de pas voir, de pas vouloir s'en méler (cf blog de Cerisette il y a quelques jours..), et encourager l'arrogance, le rien-à-foutre, le sentiment d'impunité et le sentiment de pouvoir tout faire.

Ce soir j'apprends que le père de famille pakistanais, tabassé à coup de bates de base ball, parce qu'il refusait de donner son portable à une poignée d'individus, dans une cité de Clichy, est mort, après un coma de quelques jours, suite à des fractures du crane.. Les agresseurs seraient connus par les habitants de la tour..mais personne ne parlera..trop peur des représailles..  No comment.

Publié dans arachnee

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cerisette 20/04/2007 10:34

Il est là, le problème..personne n'ose bouger..et pourtant, à plusieurs..on doit pouvoir se défendre non??Egoïsme, trouille, laxisme.... ras le bol...Au risque de m'en prendre plein la tête, je refuse de me laisser impressionner..je refuse d'autoriser et de cautionner.Il y a 14 ans..enceinte de 7 mois... j'ai obligé un groupe de  4 djeun's (18 à 20 ans) à venir avec moi à la caisse  d'un supermarché, pour payer une bouteille de soda qu'ils avaient ouverte, bue à même le goulot, refermée..et reposée en rayon..J'ai assorti le tout d'un discours de colère et de morale... z'ont protesté au début..mais m'ont suivie..et ont payé...et je le referais aujourd'hui s'il le fallait...(je sais, je suis têtue!) Rires... étonnant, plus personne dans la rangée de gondoles..d'un coup les clients n'avaient plus besoin, ni de soda, ni de sirop, ni de bière..Effectivement, après , je me suis dit que j'avais été "gonflée"...mais bon..satisfaite d'avoir dit et fait ce que je pensais....Trop facile de baisser les yeux. Si on accepte tout ça, à nous ensuite d'en assumer les conséquences...et le jour où, tous, on dira "ça suffit" , les habitudes seront prises et il sera trop tard...Bien sûr, le délit était "mineur", mais l'éducation "collective" commence peut être par là.... refuser dès le départ de se laisser impressionner. A partir du moment où l'on accepte, on cautionne... Il ne suffit pas de constater et se plaindre..il faut agir..chacun..à notre niveau.

Joyce 20/04/2007 09:16

Il y a une dizaine d'années, j'étais allée à  Paris professionnellement pour quelques jours.
Ma fille avait 19 ans. Pendant que je bossais, elle voulait aller se balader dans Paris. Elle demande un plan et des conseils au réceptionniste de l'hôtel. J'ai le souvenir de cette phrase qu'il lui avait dite et m'avait un peu perturbé ma journée : "surtout, ne croisez jamais les regards".
Qu'est-ce que je suis bien ici... Que des voisins sympas, des oiseaux, des fleurs, à 500 m du centre ville, à 50 mètres de la campagne. J'ai parfois du mal à imaginer toute cette violence.

Sylviam 20/04/2007 07:35

Mais que fait la police ? ( elle est pourtant partout mais visiblement peu efficace ...)
Je ne mets plus un doigt de pied en ville,  à moins d'y être contrainte et forcée ... Et pour le tel portable, pas nouveau, ma fille s\\\'était fait arracher le sien il y a 7 ans, elle avait 16 ans par une bande de jeunes à Paris. S\\\'était pas dégonflée, leur avait couru après, ceinturé le gugus et récupéré son bien sous l'oeil hilare de ses copains. Je me demande si elle aurait le même réflexe maintenant...   Le mien de portable, gît au fond de mon sac, je ne téléphone jamais dans la rue, et je ne fume plus non plus. Mais par ouï-dire  par l'ex, c'est courant depuis plusieurs mois ( années ? )Je me suis levée aussi à 1H du matin il y a quelques années pour aller engueuler seule une bande de petits c..s qui faisaient hurler leur musique (?) depuis plusieurs jours euh, nuits sur le stade en face de chez moi.  Pas sûr que je le referais aujourd'hui .... quoique .... Mais je suis quand même encore assez tranquille chez moi. Pour combien de temps ? Et puis ? Comme dirait l'arrière grand mère de Pascalou, à ce rythme, où va-t-on ma bonne dame ? Les gens honnêtes vont être obligés de rester chez eux ! (

Joyce 19/04/2007 23:55

Quand je pense que je pars de chez moi en laissant fenêtres et porte grandes ouvertes.
Je viens de rentrer du théâtre. 23 h 54... Tout est calme. Personne n'est entré en mon absence et ce n'est pas ma chienne qui donnerait de la voix.
Après avoir lu ton article, j'ai un peu l'impression de vivre sur "L'île aux enfants"... Une sorte de paradis préservé.