Du vide

Publié le par Pascal

Dans ce train qui s'éloigne je croise des fantomes aux yeux clairs qui s'épuisent à croire. En pensant au Bien ou en symblolisant le Mal. Les rails poursuivent leur course vers un ailleurs. Tout est à recommencer. L'ignorance qui vibre avec l'air, pesante comme comme un souvenir qu'il est inutile de vouloir fuir.On voudrait faire mentir le silence qui hurle à la face. Impossible à moins de bruler sa mémoire. Une présence s'est imposée. Dans le paysage qui défile, comm un film des années vingt. En noir et blanc. Mais peu importe la couleur. Les gares sont toujours désertes. Un haut parleur crache des horaires absurdes. . Sur les bancs du quai il n'y a que des ombres. Anonymes comme ces visages qui me scrutent avec insistance. 

Un journal pesé sur les genoux comme une épave échouée. Il n'y a rien dedans. Les caractères ont disparu. Les feuilles sont vierges. Elles parlent pourtant. Langage inconnu qui s'évertue à passer les barrières de l'incompréhension.. Elles racontent des histoires du siècle, des histoires de planète.

Fermant les yeux, je repousse cette vague glaciale qui tente de me submerger. Il neige maintenant. Des flocons obliques qui se couchent pour étouffer le paysage. Ma montre s'est arrétée mais j'entends les minutes qui tombent inlassablement. Toujours assailli par les memes pensées j'ai succombé. Rien ne sert de lutter. Je crois trop en cette faculté d'abandon définitif. Tant pis si les blessures se réveillent; si une douleur lancinante s'approprie mon corps. J'ai pensé que c'était facile. erreur grossière. Mains trop fines pour retenir autre chose qu'un sourire; son sourire. La raison est ignoble. Et ses pensées???

La fumée des cigarettes remodèle ce compartiment. La chaleur et le froid s'emmèlent. Ma tete est sillonée de vagues incandescentes. Des visages se croisent. Un sourire s'esquisse pour faire place à des larmes de haine. Des regards obliques, une tendresse qui ruisselle et s'épuise, une indifférence qui s'insinue. Tout est un vague carroussel ou surnagent des mots.

Des mots qui glissent, murmurés ou hurlés, offerts ou jetés en pature à l'autre. L'autre que l'on croyait soi mais qui s'éloigne toujours, un jour, quand la nuit vomit ses noirceurs avec dégout.

Il neige de plus en plus et j'ai froid. La marée décembre a recouvert le paysage, fondant ciel et terre dans une morosité commune.

Je prends le chemin de l'exil momentané.

 

 ____________________________________________________________________________________________

Pascal..décembre 79... une feuille recto verso; écriture fine; retrouvée entre les pages d'un livre.

ca date...et pas sous l'emprise de quelques substances prohibées..dans un train je crois me souvenir entre Paris et Niort.

Publié dans arachnee

Commenter cet article

Pascal 10/03/2007 21:54

Quand "elle" dort elle dort... je peux passer l'aspirateur au coté du lit, souffler dans mon clairon (volé quand j'étais marsouin ... au régiment de marche du tchad...savais qu'il y a vait des marsouins en centre afrique, mais bon..), mettre ACDC à fond... rien...

joyce 10/03/2007 07:19

Si tu transformes la Petite Musique de Nuit par la symphonie nocturne pour Robot Mixer sans orchestre... à mon avis y'aura peut-être des fausses notes dans les sourires demain matin.

St Pascal 10/03/2007 01:34

soupe a la grimace...pas son genre à cerisette; vais lui faire demain une de mes spécialités..de soupe.. soupe glaçée de tomates fraiches basilic piment citron vert et saumon fumé..
toujours pareil..pendant que les hommes réfléchissent à des heures indues la nuit, les femmes dorment..bon ok il est presque 2 h je ferais mieux de faire pareil... suis un peu insomniaque vais peut etre aller préparer l'échalotte et l'ail et mixer mes tomates fraiches..bonjour le bruit..mes enfants vont etre contents!!! 

joyce 09/03/2007 18:36

Cerisette, tu refuserais une soupe à la grimace quand tant de gens n'ont rien à manger ?

Cerisette-qui-se-sent-jeunette 09/03/2007 13:41

Même pas peur, d'abord!! et je te rappelle que je suis plus jeune que toi... et toc! donc..tu n'as pas 50 ans...quant à l'agneau Pascal... créature de Dieu... mouhaha!!!!! tout le monde peut faire des erreurs, même   ...
rires.. je m'arrête là, ai pas envie d'une soupe à la grimace tout le week end!!!